Contes de la mythologie germanique

 

Il est vrai que ne je désire pas trop reprendre le Gylfaginning et la Skáldskaparmál de Snorri en les simplifiant, selon l’usage. Au contraire, mon but est de faire apparaître des idées que Snorri a un peu négligées. Il faut se rappeler que Snorri ne nous a pas ‘raconté des contes’ pour le plaisir de raconter. Toutes ces histoires merveilleuses sont une simple illustration de la ‘troisième’ partie de son Edda, un art poétique appelé Háttatal. D’ailleurs, les analystes modernes soutiennent que cette troisième partie a été en réalité composée en premier du fait de ses prises de position très typées, opposées à la recherche d’une métrique latine, au sujet de la composition des poèmes scaldiques.

Que mon projet soit un peu trop ambitieux pour mes capacités, cela est certain, mais se fixer des buts impossibles à atteindre n’est-il pas une forme pratique de la spiritualité ?

 J’ai essayé de les ordonner de façon au moins un peu ‘logique’ quoique ni logique ni temporalité ne puissent être considérées comme certaines pour des mythes. Cela devrait aider à mieux saisir leur cohérence interne. En fait, j’avoue ne pas les avoir écrits dans cet ordre et voici le l’état actuel de cet ordre partiel.

- 1 et 2 : Deux contes relatifs à la cosmogonie des scandinaves anciens, sans doute très proches de la cosmologie germanique ancienne (en tous cas… c’est tout ce qui nous en reste). Ils sont notre cosmogonie:  Avant les dieux  , Avec les dieux  , et quelques  Commentaires sur mes sources

 

- 3 : La guerre des Ases et des Vanes

 

- 4 : La construction de la forteresse d’Asgard et la conception de Sleipnir

 

- 5 : Le conte de l'arrivée des Ases en Suède:  Le roi Gylfi  et la déesse Gefjon

 

- 6 :  Une version païenne du fameux mythe dit 'le collier des Brising de Freyja"

- 7 : Une version du Mythe de Völundr . Cette histoire du « forgeron Velent » appartient pleinement à la mythologie païenne germanique. Il n’est pas lié logiquement aux autres contes mais il a un ‘genre’ primitif qui me pousse à le placer au début.

 

- 8 : est relatif à la malédiction de l'or des Nibelung et aux sorts scandinaves anciens qu'ils appelaient des "façonnements" (sköp). C'est : Andvari, Loki et Fáfnir maudissent le trésor des Nibelung.

    La connaissance associée à ce conte est  ICI.

 

- 9 : La leçon d’Yggdrasill et la magie runique d’Odinn

- 10 :  La construction de la forteresse d’Ásgarðr et la conception de Sleipnir

- 11 :  Tous les humains sont des enfants de Heimdall 

- 12: Le voyage de Skirnir à Iötumheim pour que Gerdr consente à se marier à Freyr
- 13: La "malédiction de la géante aux bras blanc", Une présentation 'cosmique' du mariage de Freyr et de Gerðr

          - 14: Le  mythe de  Hervör   où Hervör rend visite à son père mort, non  pas seulement pour "récupérer une épée" (comme tout le monde le dit), mais pour créer un lien père-fille qui avait été empêché par la mort au combat d'Angantýr.

          - 15:  Deux déesses, deux destins: Íðunn et Skaði  (une comparaison de leurs destinées qu'on peut voir comme opposées).

   ***  

 

- 16: (à placer après d’autres mythes décrivant l’univers des Ases) Il  traite de la façon dont le jeune Sigurðr a travaillé aux 'façonnements' de sa vie jusqu'à ce qu'à « Victoire de tempête de neige » (sigr-drífa, le nom de Brunehilde en norrois) l'entraîne dans l'avalanche de son örlög : "La jeunesse de Sigurd le Prédestiné". La connaissance associée à ce conte est  ICI.

 

- 17 (l’avant-dernier de la série) Un conte tiré du Galdr des Corbeaux d’Óðinn: "Un jour avant le Ragnarök".  La traduction de ce poème est terminée ICI.  

         - 18:Un 'extra' de composition moderne: Le conte du  diacre de Myrkáun conte 'moderne' relatif aux 'draugar', les morts-vivants scandinaves vus par  les islandais chrétiens. La connaissance associée à ce conte se trouve ICI