Le nom des Nornes : la strophe 20 de la Völuspá

 

 

Voici le contenu de la strophe 20, et sa traduction

 

20.

Þaðan koma meyjar

margs vitandi

þrjár ór þeim sæ/sal,

er und þolli stendr;

Urð hétu eina,

aðra Verðandi,

- skáru á skíði, -

(örlög seggja,vers 12)

Skuld ina þriðju.

Þær lög lögðu,

þær líf kuru

alda börnum,

örlög seggja [ou segja ?]

 

 

1. De là viennent des jeunes filles

2. en grande quantité connaissantes

3. trois hors de leur mer/salle

4. qui dessous un pin se_tient_debout/se tient;

5. Urðr est appelée l’une,

6. l’autre Verðandi ,

7. - elles grattaient sur une plaquette de bois -

(12) (« l’örlög des humains » issu de 12),

8. Skuld  la troisième.

9. elles fixaient les lois

10. elles les vies choisissaient

11. des enfants de l’humanité,

12. l’örlog des humains (ou l’örlog elles énonçaient, si aucun lien avec 7).

 

Les noms des Nornes

 

Les noms du Nornes sont donnés dans un ordre spécial qui est certainement significatif puisque la poésie indique qu'Urðr est « l’une » et que Skuld « est la troisième ».

Le mot urðr est l'un des mots norrois signifiant le destin comme örlög et sköp entre d'autres. Il est lié au verbe verða, dont le prétérit  pluriel est urðu, signifiant « ils sont devenus ». Urðr est l’équivalant norrois du vieil anglais wyrd et l’influence des anglophones a fait que ce mot est utilisé pour désigner le destin, même dans un contexte purement norrois. C’est pour cela qu’on a tant parlé du « tissage du wyrd » censé être effectué par les Nornes, ce qui ajoute à l’erreur sur le ‘wyrd’ une  influence grecques possible du fait du rôle des Parques grecques. Ce genre de malentendu est inévitable puisque tous les traducteurs sont des personnes cultivées dont la culture a été influencée par les civilisations grecques et latines – et j’en suis aussi un exemple.

En raison de la signification de urðu, nous pouvons supposer qu'Urðr est légèrement liée au passé. Puisque les Nornes ne traitent pas seulement les destins individuels, nous devons comprendre que ce ‘passé’ est en fait la somme de ce qui est arrivé à l'humanité, y compris notre transmission génétique, et plus généralement le résultat de l'évolution entière de notre univers jusqu’à l’instant présent.

Verðandi est également liée au verbe verða, maintenant au participe présent, signifiant donc ‘devenant’. Il ne peut y avoir ici un lien avec les Parques puisque le fait d’être en train de devenir est une action qui prend un certain temps et ce n’est que par abus de langage qu’on peut la considérer comme la Norne du temps présent. Le temps présent est une catégorie grammaticale utile mais sa sémantique sont presque vide puisque le présent a, ainsi pour dire, un pied dans notre passé et l'autre dans notre futur. Verðandi est la Norne de ce qui est actuellement en cours de transformation et je la vois comme Norne de l'évolution et de l'action.

Le mot skuld signifie une dette, c. -à-d. un engagement qui ne peut pas être évité. Quand les personnages d’une saga ou d’une poésie se plaignent de leur destin inévitable décidé par les Nornes, ils se réfèrent essentiellement à Skuld. Ce nom est également associé à un verbe, skulu (il doit et ils doivent). Son prétérit  est skyldi. Il semble ainsi que Skuld soit une sorte de mélange d'un présent et d'un passé. Il clair que skuld ne se rapporte à aucune période du temps, ce qui confirme mes doutes sur le fait que les catégorisations grecques puissent s’appliquer aux Nornes.

Comme je l’ai annoncé plus haut, l’ordre dans lequel les noms des Nornes sont donnés dans la strophe 20 doit être significatif. Je rappelle aussi que je doute beaucoup cet ordre soit associé à l’écoulement du temps. Je vais plutôt vous proposer un classement fondé sur une relation logique entre elles, telles qu’elles collaborent sur les trois segments du temps.

L’analyse du nom Urðr suggère une personne qui, comme un docteur ou un contrôleur financier fait un bilan. On peut ainsi la qualifier d’« autorité de bilan », elle fait un compte-rendu faisant le bilan de la façon dont l’humanité, ou les individus, furent, sont et seront capables de gérer leur existence. Le rôle de Verðandi est plus facile à comprendre, elle est l’« autorité de l’action » qui décide de la façon dont tous les acteurs de notre univers ont agi et vont agir au vu du compte-rendu de Urðr. Le nom de Skuld, lui aussi, nous dit quel est son rôle. Avec l’aide de Verðandi, elle prend soin que chacune des ‘dettes’ soit remboursée. On pourrait donc la nommer l’« autorité de contôle des remboursement ».

Je ne pense pas avoir besoin de rappeler encore que ces trois activités coopèrent entre elles tout au long de la ligne du temps. L'ordre de présentation des Nornes dans la s. 20 peut être compris comme une mesure de la quantité de contrainte directe que leurs décisions exercent sur le monde, quoiqu'il ne soit pas facile de  résister à aucune des trois. Le bilan (Urðr) demande plutôt de rendre compte de ce qui s'est produit. L'action efficace (Verðandi)  implique une sorte d'accord commun entre la principale autorité et les nombreux acteurs qui sont impliqués. Quand des erreurs ont été faites, c’est l'autorité de remboursement qui doit forcer les acteurs ‘payer’ pour leurs erreurs qu’ils doivent  ‘rembourser’ (Skuld), bon gré mal gré.