La Version latine des poèmes runiques du Þrideilur Rúna

 

Cette version est extraite du manuscrit ‘JS 43 4to’ mis en ligne à http://www.sagnanet.is/

 

 

Le manuscrit, première rune, qui vous montre en bas et à gauche le ‘deliciæ viperæ via

 

 

 

fee r. pecúnia (Fé est la ‘richesse en bétail’)

(pecúnia) est cognatorúm júrgium Divitúm (‘richesse en bétail’ est la ‘dispute des richesses’ de ‘ceux qui sont unis par le sang’)

deliciæ viperæ via. (La voie de la délicieuse vipère.)

 

Úr r imber (Úr est une averse de pluie)

(imber ) est núbiúm lúctús (averse de pluie est le signe extérieur de la douleur des nuages)

Núbiúm exsiccatio, le déssèchement des nuages,

pastorúm pœna. (la ‘rançon destinée à racheter un meurtre’ des bergers)

 

Þúrs Rúpicola (thurse des falaises),

múlierum formiðo (la terreur des femmes)

saxorúm incola (l’habitant des pierres)

Varðrúnæ maritús (le mari de Varðrún).

Varðrúna propriúm nomen fæminis gigantúm. (Varðrún (est) le nom propre des femmes des géants)

 

Os oðiñús (Os (est) óðinn)

princeps Gothós (chef des Goths)

aúlæ inferiorum imperator (empereur du château des enfers).

Asgarthiæ rex (le roi d’Asgarth).

 

Reið Equitatio (Reið est voyage à cheval),

Sedantis delectatio (délice de celui qui est assis)

Ite(r) præceps (voyage précipité - m. à m. : ‘la tête en avant’)

Veredi labor. (labeur du cheval de voyage).

 

Kaun húlcús : Kaun (est) ulcère (ou plaie) :)

púeris molestatio (peine de l’enfant),

præl? vestigia (vestiges (ou traces) du pressoir),

sanici theca (boîte (ou étui) du pus).

 

Hagall Grando (Hagall Grêle),

algida seges (le froid champ de blé)

Globorum pluvia : vermium morbus (la pluie des boules : la maladie du ver)

 

Naüd calamitas : (Naúd désastre :)

Mancipÿ opella. (labeur de la propriété. = labeur de celui qui est une propriété, de l’esclave)

adversa sors : (sort malheureux :)

periculosus labor. (travail dangereux.)

 

Note: les vers relatifs à Is contiennent un mélange de Latin et de Vieux Norrois. Le Latin est une explication du mot Vieux Norrois (en Arial 10 normal).

 

Is r glacies est cortex fluvÿ, (Is est glace, écorce (ou couverture) du fleuve)

Amni operculum (couvercle du torrent)

mortali ruina : (effondrement du mortel :)

feigur : qvi jam fatali morti appropingvat. (feigur : celui qui déjà de fatale mort s’approche’)

forad puteus hians. (forad fosse béante)

En Vieux Norrois:

feigr = étrange, près de la mort.

forad = place dangereuse

 

Amnus (lire : Annus = Année ou Saison)

commúne bonúm (bien commun)

æstas exhilarans (été réjouissant)

Ager maturus (champ mûr)

 

Sol r ornamentum navibus (Sol (est) équipement pour les navires),

resplendens radius (le rayon luisant).

Volubilis rota (la roue qui tourne).

 

Týr Navors (lire Mavors = Mars, guerrier)

Ballderi Germanús (frère de Baldr),

manúm uúnum (à une seule main),

a lúpo mutilatus (mutilé par le loup) :

Hæc omnia súnt desúmta (lire desúmpta) ex Edda (toutes celles-ci sont choisies de (extraites de) l’Edda)

 

Biarkan Betúla (Bjarkan bouleau),

viridæ frondes (feuillage vert),

Arbor germinans (arbre en bourgeon),

lignum súccrescens (bois qui est en train de pousser)

 

Logúr liqvor, flúctúans (Lögr liquidité s’agitant)

fretúm laxús (bras de mer spacieux)

lebes (une cuvette (ou chaudron))

solearúm solúm (des soles le sol).

 

Maðúr. homo hominem oblectat (Maðr. l’humain prend plaisir en compagnie de l’humain)

púlveris additamentúm (addition de poussière),

púppiúm pigmentariús (relatif à la couleur des poupes (des navires)).

 

yr Arcús (Yr un Arc) 

expansa tendicula (le petit piège en extension),

præly propugnaculum (le moyen de défense de ceux ‘comprimés’ = opprimés)

jaculi excússor (l’expulseur de javelot)