La foudre, parfait esprit

 

Traduit du  Copte par George W. MacRae téléchargeable depuis  http://www.gnosis.org/naghamm/thunder

Je dispose aussi d’une traduction en langue allemande et de multiples traductions commentées.

 

Version française de Yves Kodratoff d’après celle de macRae

 

Les points communs avec d’autres textes plus connus sont indiqués par (voir Texte)

 

Je suis l’envoyée de la puissance

et je suis venue à ceux qui pensent à moi

et j’ai été trouvée parmi ceux qui me cherchent.

 

[ Je suis l’envoyée (voir Apocryphes de Jean)]

“And his thought performed a deed and she came forth, namely she who had appeared before him in the shine of his light.”

 

[ puissance (voir Apocryphes de Jean)]

“For the perfection is majestic. He is pure, immeasurable mind. He is an aeon-giving aeon. He is life-giving life. He is a blessedness-giving blessed one. He is knowledge-giving knowledge. He is goodness-giving goodness. He is mercy and redemption-giving mercy. He is grace-giving grace, not because he possesses it, but because he gives the immeasurable, incomprehensible light.”

 

Examinez-moi, vous qui pensez à moi,

et vous, auditeurs, écoutez-moi.

 

[écoutez-moi , bien sur, un classique!]

(voir The Sophia of Jesus Christ)

Whoever has ears to hear, let him hear!

 

Vous qui m’attendez, prenez-moi parmi vous

et ne me chassez pas de votre vue

et ne me haïssez pas, ni par votre voix, ni par votre ouïe.

Nulle part ni jamais vous m'ignorerez. Prenez garde!

Ne m’ignorez pas.

 

Car je suis la première et la dernière.

Je suis l’honorée et la rejetée.

Je suis la putain et la sainte.

 

[Je suis la putain (voir The Exegesis on the Soul)]

 “Wise men of old gave the soul a feminine name. Indeed she is female … And in her body she prostituted herself and gave herself to one and all” … “It came to pass after much depravity, said the lord, you built yourself a brothel and you made yourself a beautiful place in the streets. And you built yourself brothels on every lane, and you wasted your beauty, and you spread your legs in every alley, and you multiplied your acts of prostitution.”

 

Je suis l’épouse et la vierge.

Je suis <la mère> et la fille.

Je suis les parties du corps de ma mère.

Je suis la stérile

et nombreux sont ses fils.

["ses fils" signifie sans doute ici "mes fils" : elle parle d'elle à la troisième personne]

 

[Je suis la stérile, nombreux sont ses fils]

(voir Apocryphes de Jean)

“she became the womb of everything, for it is she who is prior to them all,”

(voir The Gospel of Philip)

“They called Sophia "salt". Without it, no offering is acceptable. But Sophia is barren, without child. For this reason, she is called "a trace of salt". Wherever they will [...] in their own way, the Holy Spirit [...], and her children are many.”

(voir The Gospel of Philip)

“As for the Wisdom who is called "the barren," she is the mother of the angels”

 

Je suis celle qui a fait un grand mariage

et je n’ai jamais pris mari.

Je suis la sage-femme et celle qui n’a jamais porté d’enfant.

Je suis le soulagement à mes douleurs d'enfantement.

Je suis la jeune épousée et le nouveau mari,

 

[jeune épousée et le nouveau mari (voir Apocryphes de Jean)]

“or is she who is prior to them all, the Mother-Father, the first man, the holy Spirit, the thrice-male, the thrice-powerful, the thrice-named androgynous one”

[(voir The Sophia of Jesus Christ)]

“when he decided to have his likeness become a great power, immediately the principle (or beginning) of that Light appeared as Immortal Androgynous Man”

 

et c’est mon mari qui m’a engendrée.

Je suis la mère de mon père ;

et la sœur de mon mari

et il est ma progéniture.

Je suis l’esclave de celui qui m’a conçue

Je suis la dirigeante de ma descendance.

Mais il est celui qui m’a engendré avant l’instant d'un anniversaire.

et il est ma descendance en temps (venu),

et ma puissance est issue de lui.

 

[Un autre version: On the Origin of the World (voir "The Untitled Text")]

“When Sophia let fall a droplet of light, it flowed onto the water, and immediately a human being appeared, being androgynous. That droplet she molded first as a female body. Afterwards, using the body she molded it in the likeness of the mother, which had appeared. And he finished it in twelve months. An androgynous human being was produced, whom the Greeks call Hermaphrodites; and whose mother the Hebrews call Eve of Life (Zoe), namely, the female instructor of life … Eve is the first virgin, the one who without a husband bore her first offspring. It is she who served as her own midwife. For this reason she is held to have said:

                It is I who am the part of my mother; and it is I who am the mother.

It is I who am the wife; it is I who am the virgin.

It is I who am pregnant; it is I who am the midwife.

It is I who am the one that comforts pains of travail.

It is my husband who bore me; and it is I who am his mother.

And it is he who is my father and my lord.

It is he who is my force; What he desires, he says with reason.

I am in the process of becoming; yet I have borne a man as lord.”

 

Je suis le bâton de son pouvoir pendant sa jeunesse

et il est mon bâton de vieillesse.

Et, ce qu'il veut, m’adviendra.

 

 

Je suis l’incompréhensible silence

et l’idée dont souvent on se souvient.

Je suis la voix au son multiple

et le mot aux nombreuses apparences.

Je suis l’énoncé de mon propre nom.

 

(voir Trimorphic Protennoia)

“I am Protennoia, the Thought that dwells in the Light … I am incomprehensible, dwelling in the incomprehensible.

 

Pourquoi donc, vous qui me haïssez, m’aimez-vous,

et haïssez ceux qui m’aiment ?

Vous qui me reniez, avouez-moi,

et vous qui m’avouez, reniez-moi.

Vous qui dites la vérité à mon sujet, mentez,

et vous qui avez menti à mon sujet, dites la vérité.

Vous qui me connaissez, ignorez-moi,

et ceux qui m’ignorent, qu'ils fassent ma connaissance.

 

Car je suis connaissance et ignorance,

Je suis honte et fierté,

Je suis sans honte, je suis honteuse.

Je suis force et crainte.

Je suis guerre et paix.

Faites bien attention à moi.

Je suis la déshonorée et je suis de haute noblesse.

 

Portez attention à mon dénuement et à ma richesse.

N’ayez pas d’arrogance envers moi quand je suis bannie sur la terre

[et] vous me trouverez en ceux à venir.

Et ne faites pas attention à moi quand je suis sur un tas de fumier

et ne partez pas et me laissez bannie,

et vous me trouverez dans les royaumes.

Et ne faites pas attention à moi quand je suis bannie au sein

Des bannis aux pires endroits

Ni ne vous moquez de moi.

Et ne me bannissez pas parmi les tués avec brutalité.

Mais moi, j’ai le cœur tendre et l’esprit cruel.

 

[N’ayez pas d’arrogance envers moi quand je suis bannie sur la terre (voir The Gospel of Philip) When the pearl is cast down into the mud, it becomes greatly despised, nor if it is anointed with balsam oil will it become more precious. But it always has value in the eyes of its owner]

 

Faites attention !

Ne haïssez pas mon conformisme

et n’aimez pas ma maîtrise de moi.

Dans ma faiblesse, ne me rejetez pas,

et ne craignez pas mon pouvoir.

Car pourquoi méprisez-vous mes craintes

et maudissez ma fierté ?

Mais je suis celle qui existe en toute crainte

et je suis la force dans les tremblements.

 

Je suis la faible,

et je me trouve bien là où je me plais.

Je suis absurde et sage.

 

Pourquoi m’avez-vous haïe en vos conseils ?

Car je serai silencieuse parmi les silencieux

et j’apparaîtrai et parlerai,

Pourquoi m’avez vous haïe, vous les Grecs ?

Parce que je suis une barbare entre les barbares?

Car je suis la sagesse [des] Grecs

et le savoir de[s] barbares.

Je suis le jugement de[s] Grecs et des barbares.

[Je] suis celle dont l’image est grande en Egypte

et celle qui n’a pas d’image chez les barbares.

Je suis celle qui a été haïe partout

et qui a été aimée partout.

Je suis celle qu’ils appellent Vie

et que vous avez appelée Mort.

 

(voir The Gospel of Philip) A Gentile does not die, for he has never lived in order that he may die. He who has believed in the truth has found life, and this one is in danger of dying, for he is alive.

Light and Darkness, life and death, right and left, are brothers of one another. They are inseparable. Because of this neither are the good good, nor evil evil, nor is life life, nor death death.

 

Je suis celle qu’ils appellent Loi

et que vous avez appelée Illégalité.

Je suis celle que vous avez pourchassée,

et celle dont vous vous êtes emparés.

Je suis celle que vous avez dispersée

et vous m’avez réunie en moi-même.

Je suis celle dont vous avez eu honte

et vous avez été sans honte avec moi.

Je suis celle qui n’organise pas de fête

et je suis celle qui est souvent fêtée.

 

Moi, je suis sans Dieu,

et je suis celle dont le Dieu est grand.

Je suis celle à laquelle vous avez pensé,

et vous m’avez méprisée.

Je suis ignorante,

et ils apprennent de moi.

Je suis celle que vous avez méprisée

et vous pensez à moi.

Je suis celle dont vous vous êtes cachés

et vous m’apparaissez,

Mais où que vous vous cachiez,

Moi-même j’apparaîtrai.

Car [où, ou bien, quand] que vous [apparaissiez],

Moi, je me [dissimulerai] à vous.

Ceux qui ont [...] à cela [...] de façon insensée [...].

 

Amenez-moi [... compréhension] du chagrin.

et attirez-moi par la compréhension [et] par le chagrin,

et attirez-moi par les endroits laids et en ruine,

et volez à ceux qui sont bons même si c'est dans la laideur.

Par honte, attirez-moi sans honte;

et par votre manque et votre excès de honte,

Réprimandez les parties de mon corps en vous-mêmes.

Et venez vers moi, vous qui me connaissez

et qui connaissez les parties de mon corps

et placez les grands de ce monde parmi les plus petits.

Allez droit vers l’enfance,

Ne la méprisez pas parce qu’elle petite et inférieure.

Et ne chassez pas les grandeurs des petitesses

Car les petitesses sont connues par les grandeurs.

 

Pourquoi me maudissez-vous et m’honorez-vous ?

Vous avez blessé et vous avez gracié.

Ne me séparez pas des premiers que vous avez [connus].

[Et] n’exilez personne, [et ne] vous détournez de personne.

[...] se détournera et [... connaît] pas lui.

[... lui ].

Ce qui est mien [...].

Je connais les [premiers] et les suivants me [connaissent].

 

Mais je suis l’esprit de [...] et le reste de [...].

Je suis la connaissance de ma demande,

et ce que trouvent ceux qui me cherchent,

et l’ordre reçu par ceux qui me demandent,

et la puissance des puissances dans ma connaissance

des anges, qui ont été envoyés à ma demande,

et de dieux en leur temps, à cause de mon avis,

et des esprits de chaque homme existant avec moi,

et des femmes qui m’habitent.

Je suis celle qui est honorée et louée,

et qui est rejetée avec mépris.

 

Je suis la paix,

et la guerre a lieu à cause de moi.

Je suis étrangère et citoyenne de ce pays.

Je suis la substance solide et immatérielle.

 

Ceux qui ne me sont pas associés m’ignorent

et ceux qui sont en ma substance sont ceux qui me connaissent.

Mes proches m’ont ignorée,

et ceux qui sont au loin m’ont connue.

Le jour où je suis près de [vous],

… [vous] êtes loin [de moi],

[et] le jour où je [suis loin] de vous,

[je suis près] de vous.

 

 

[Je suis...] à l’intérieur.

[Je suis...] des natures.

Je suis[...] de la création des esprits.

[...] demande des âmes.

Je dirige et suis incontrôlable

Je suis l’union et la dissolution

Je suis l’acceptation et je suis la dissolution,

[la dispute? "discussion" à la place de "dissolution"?]

Je suis celle tout en bas,

et ils s’élèvent jusqu’à moi.

Je suis la condamnation et l’acquittement.

Moi, je suis sans péchés,

et la racine du péché vient de moi.

Je suis le désir dans mon apparence (extérieure),

et en moi se trouve la maîtrise intérieure.

Je suis le tribunal devant lequel chacun peut s’exprimer

et la parole qui ne peut être saisie.

Je suis une muette qui ne parle pas

et grande est la foule de mes mots.

Ecoutez-moi en douceur et apprenez-moi en rudesse.

Je suis celle qui proteste

et je suis exilée à la face de la terre.

Je cuis le pain et, en moi, je forge mon esprit.

Je suis la connaissance de mon nom.

Je suis celle qui s’exprime bruyamment,

et j’écoute.

J’apparais et [...] entre [...] sceau de mon [...].

Je suis[...] la défense [...].

Je suis celle qui est appelée Vérité

et iniquité. [...].

 

Vous m’honorez  [...] et vous chuchotez contre [moi].

 [...] victorieux d'eux.

jugez-les vant qu’ils ne passent jugement sur vous,

Car justice et manque d’impartialité co-existent en vous.

Si celui-ci vous condamne, qui vous acquittera ?

Ou bien, s’il vous acquitte, qui vous gardera en détention ?

Car ce qui est au-dedans de vous est au dehors de vous,

et celui qui vous donna forme extérieure

est celui qui donna forme à votre intérieur.

Et ce que vous voyez hors de vous, vous le voyez en vous,

Il est visible et il est votre habillement.

 

Entendez-moi, auditeurs

et apprenez mes mots, vous qui me connaissez.

Je suis le tribunal qui peut se saisir de tout ;

Je suis la parole qui ne peut être saisie.

Je suis le nom de la sonorité

et la sonorité du nom.

Je suis le signe de la lettre

et je montre la séparation.

Et je [...].

(3 lignes manquent)

[...] lumière [...].

[...] auditeurs [...] de vous

[...] la grande puissance.

Et [...] ne bougera pas le nom.

[...] à celui qui m’a créée.

et je parlerai son nom.

 

Examinez ses mots à lui

et tous les écrits qui ont été réalisés.

Faites attention, vous les auditeurs,

et vous aussi, les anges et ceux qui ont été envoyés,

et vous les esprits issus des morts.

Car je suis celle qui est la seule à exister,

et n’ai personne pour me juger.

 

Car nombreuses sont les formes plaisantes au sein de nombreux péchés

et les débordements

et les passions scandaleuses,

et les plaisirs passagers,

que (les hommes) embrassent tant qu’ils ne sont pas sensés

et montent là où ils reposent.

Et ils me trouveront là,

et ils revivront

et ne mourront pas à nouveau.

 

 

 

 

COMMENTAIRES

 

The Thunder: Perfect Mind is from a Coptic-Gnostic tractate, found among many others at Nag Hammadi, Egypt in 1945.

 

(Daniel McBride)

                      The Thunder: Perfect Mind is a difficult work to place historically. Among the collection of Gnostic tractates found at Nag Hammadi, Egypt, in 1945, this work is unique in a number of regards. While the work is certainly Gnostic in many ways, its distinct allusiveness does not allow it to be linked with any particular Gnostic system; rather it seems to embody a wider appeal which stems from its basis in the Isis/Sophia traditions prevalent in Egypt from 300 B.C.E. to 300 C.E. The use of a female first-person narrative is rare enough in ancient texts; the fact that there existed this tradition in Ptolemaic Alexandria three-hundred years prior to the rise of the Gnostic sects there, presents us with a strong case for historical connectedness. Contrast, then, the following passage from another Gnostic work entitled The Gospel of Eve, preserved in an anti-gnostic polemic by Epiphanius of Salamis:

It is I who am yourself: and it is you who are me.       

And wherever you are, I am there.

And I am sown in all: and you gather me from wherever you desire.       

But when you gather me, it is yourself you collect.

 

with a passage from the Isis tradition:

 

I am wife and sister of King Osiris     

I am she that is called goddess by women 

I assigned to Greeks and barbarians their languages                          

 I made the beautiful and the shameful        

 to be distinguished by nature              

I overcome Fate       

Hail, O Egypt, that nourished me!

 

 

 

'Thunder, Perfect Mind' is a poem from the Nag Hammadi texts. Stylistically, three separate styles are used in the poem: that of Hebrew wisdom-texts, of Isis aretalogies, and Platonic dialog. These three styles are used in alternation. Religiously, it is hard to identify the tradition this text comes from. It presents no distinctively Jewish, orthodox Christian, or gnostic Christian themes, not does it seem to presuppose any known gnostic 'myths.'

 

Quelques autres traductions dues à

 

Anne McGuire, Dept. of Religion, Haverford College

 

Tony Iannotti

qui divise le texte entre parties qui sont semblables à une aretalogie d’Isis, un texte de sagesse hébraïque, un dialogue de Platon.

 

Elizabeth Cunningham (The Whore and the Holy One)

 

Frederick C. Grant

 

Fanny Howe